Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 novembre 2016

Baba Segi, ses épouses, leurs secrets, Lola SHONEYIN, Actes Sud

baba segi, ses épouses, leurs secrets.jpg

Grand format à 22 €

La polygamie et ses mystères

Comment une femme lettrée peut-elle accepter d'être la quatrième épouse d'un homme ?

Comment un homme fait-il pour gérer toutes ses femmes ?

De l'humour, Lola Shoneyin en a pour aborder cette problématique sociétale de son pays, le Nigéria.

Alors ? Tenté par la polygamie ?

Bénédicte

08 novembre 2016

L'ELEF à la librairie !

Bonjour,

Depuis cette semaine nous acceptons les élefs à la librairie. Il s'agit d'une monnaie locale, vous pouvez en savoir davantage ici.

Pour les détails :

- 1 élef vaut (monétairement parlant) 1 euro. Ce qui simplifie les choses pour tout le monde.

- l'intérêt de l'élef, c'est qu'il n'est valable que localement, impossible de le dépenser par exemple aux Etats-Unis ou en Chine. Donc si vous payez en élefs, vous êtes sûrs que l'argent que vous donnez est dépensé (donc réinvesti) localement. Ce qui change tout.

141128_billet5.jpg

Et sur Aix les Bains, nous sommes pour le moment deux commerces à accepter les élefs : La Ressource (épicerie bio, locale), rue de Chambéry en face de la librairie, et nous. Et La Ressource peut changer vos euros en élefs. Nous serons bientôt bien davantage (en tous les cas, nous le souhaitons !).

Nous nous ferons un plaisir d'en parler plus avant avec vous à la librairie !

A bientôt.

Les Danaïdes

07 novembre 2016

Séverine Gauthier et Thomas Labourot, Aliénor mandragore

9782369811978FS.gif

Rue de Sèvres, 12 €

Même le grand Merlin, fils d’un démon pourtant, a des problèmes avec son ado de fille… Il ne comprend pas qu’elle ne se passionne pas autant que lui pour les champignons !

UN CHOC DES GÉNÉRATIONS HILARANT où Merlin meurt… mais pas de rire puisque, seule, la fée Morgane, pourra l’aider…

Le tome 2 vient d'arriver comme par magie.

Merlin est toujours mort mais reste un bon vivant et, cette fois-ci, Lancelot va essayer d'aider Aliénor à repousser l'ankou qu'elle voit de plus en plus souvent...

UNE PARODIE RÉJOUISSANTE

9782369812753FS.gif

Rue de Sèvres, 12 €

Hugues

 

18:28 Publié dans BD, Jeunesse | Lien permanent | Commentaires (0)

Kenneth COOK, Le blues du troglodyte

9782290120491FS.gif

J'AI LU, 6,70€

Contre le blues, lisez « LE BLUES DU TROGLODYTE »

Direction Ginger Whisker, en Australie, où les hommes s’enterrent dans les maisons troglodytes du titre pour échapper à une chaleur écrasante et à la poussière omniprésente des mines environnantes.

Toutes les conversations y commencent par une bière ou un whisky même celles qui débutent par : « J’ai décidé de lever le pied avec la bibine. »

C’est dans ce trou que le lecteur suit le flux de pensées de Simon Crown, le narrateur. Et c’est incroyable « les trucs qui [lui] passent dans l’esprit entre deux phrases », lui qui fait si souvent le contraire de ce qu’il pense.

Mais quand on voit ce qui se passe quand il fait autrement…

TOUJOURS AUSSI REJOUISSANT !

Hugues

28 octobre 2016

Louis SACHAR, Le Passage

9782070599684FS.gif

Folio Junior, 6,70€

Il y a deux catégories de lecteurs : ceux qui adorent ce roman et ceux qui ne l’ont pas encore lu.

Après avoir fini les aventures de Stanley Yelnats (et vice-versa… :) dont la malchance qu’il croyait congénitale sera la plus grande chance, vous n’aurez qu’une envie : offrir ce livre pour faire découvrir ce personnage si attachant.

UN GRAND LIVRE POUR UNE HISTOIRE INCROYABLE

La (pour une fois !) géniale 4ème de couverture de l’ancienne édition :

« Méfiez-vous.
Ce livre va vous donner envie de croquer des oignons crus.
De creuser des trous de 1 mètre 50 de diamètre et de profondeur.
D'escalader une montagne.
De respirer vos vieilles baskets.
De mettre du rouge à lèvres avant de partir à la poursuite de vos ennemis.
De tout savoir sur l'existence oubliée de votre arrière-arrière-arrière-grand-mère.
Et ce, même si vous haïssez les liliacées, même si vous détestez l'alpinisme et les travaux forcés, même si vous avez les cosmétiques en horreur autant que les odeurs de pieds, et même si la généalogie et les histoires de famille vous indiffèrent profondément.
Maintenant, pour échapper à tout cela, c'est simple. Il vous suffit de ne pas imiter les centaines de milliers d'adolescents américains qui ont déjà plébiscité ce livre, et de ne jamais ouvrir ce livre. »

Incitatif, non ?

A lire aussi du même auteur Chemins toxiques

Hugues

 

26 octobre 2016

Comment la France a tué ses villes, Olivier RAZEMON

razemon.jpg

18€ - Rue de l'échiquier

Alors là... C'est LE livre indispensable pour réinventer notre façon de voir et de vivre la ville. Et c'est très très important.

Dans ce livre il est essentiellement question des villes moyennes, maillage de notre territoire. Développement anarchique des zones périphériques, construction en centre ville de parkings toujours plus nombreux pour accueillir un maximum de voitures, engorgement, vitrines vides, commerces éteints, hyper-uniformisation des commerces en zone commerciale, délabrement et délitement des centres villes alors que les banlieues construisent... Et nous en sommes collectivement responsables.

Ainsi par exemple, une corrélation parmi d'autres : lorsque les commerces meurent, le FN monte. Moins il y a de commerces ou de services en ville, plus le sentiment d'abandon, de déclin et d'isolement sera puissant...

Une enquête très complète et passionnante qui nous invite à repenser notre mode de vie : nos déplacements et nos choix de consommation en premier lieu. Ce livre est une vraie mine, plein d'informations, de leviers à pousser, d'habitudes à remettre en questions...

A mettre entre toute les mains pour faire bouger les choses ! Bravo à l'auteur.

Romain

L'AUTEUR SERA A LA LIBRAIRIE POUR UNE RENCONTRE JEUDI 2 FEVRIER 2017 !

25 octobre 2016

Hervé GIRAUD, Histoire du garçon qui courait après son chien qui courait après sa balle

Histoire du garçon qui courait après son chien qui courait après sa balle.jpg

Thierry Magnier, 10,50€

Sans un dalmatien…

Ce garçon court après son chien qui court après sa balle pour l’équilibre de son univers car, depuis que son chien a disparu (il a suivi sa balle), rien ne va plus.

Jusque-là son univers était composé de sa sœur, Cali (son contraire et pourtant son double), de son dalmatien, donc, et de leur hamac.

Même son père météorologue n’avait pas prévu tout ça.

En courant après son chien, le garçon va grandir vite, trop vite, grâce à cette sœur dont « on dit qu’elle est volontaire, méthodique, organisée » alors que de lui, « on ne dit rien, on soupire. »

Sur un sujet délicat, Hervé Giraud écrit une histoire touchante, drôle et poétique, très poétique.

15:44 Publié dans Jeunesse | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean-Claude Lalumière, Le Front russe

9782253160113FS.gif

LGF/Livre de Poche, 6,10€

UNE SATIRE DÉSOPILANTE et PATHÉTIQUE PLEINE D'IRONIE

« Toute vie est bien entendu un processus de démolition » lançait Fitzgerald au début de La Fêlure.

Voilà ce que peint J.C. Lalumière à travers les mésaventures de son héros qu'on pourrait lire comme les confessions de celui qui se demande : « Comment j'ai pu en arriver là ? ».

Plein de rêves, un novice débarque à Paris et dans le monde du travail et ira de gaffes en échecs.

Avec un grand sens du BURLESQUE et beaucoup humour, J.C. Lalumière raconte cette épopée désopilante et pathétique, donc, dans l'univers kafkaïen de l'Administration Française (l'enlèvement d'un pigeon mort sur une fenêtre, un discours à photocopier, un debrief de voyage, une simple réunion...).

En effet, il raconte l'arrivée de cet antihéros (le genre qui reçoit toujours un 11/20 « ce qui correspond à la note attribuée au candidat dont le jury pense qu'il pourra convenir s'il n'en vient pas de meilleur avant la fin des épreuves », « à la frontière de l'échec ») dans une annexe du Ministère des Affaires étrangères et ce, en décrivant les vagues de fond qui déterminent ses choix et ces « grains de sable » qui l'empêcheront de transformer sa vie en destin.

Ce récit plein de nostalgie (où les souvenirs apparaissent comme des bagages trop encombrants), très drôle et qui demande si « l'histoire d'une vie, c'est toujours l'histoire d'un échec » mesure l'écart entre les aspirations d'un doux rêveur (peuplées de voyages et de stabilité) et la réalité (telle cette vue dégagée sur les toits qui lui « évoque douloureusement la perspective prometteuse qui [lui] fut un temps ouverte »).

Hugues

Extrait p. 27 :

« L'hydre à deux têtes, l'une qui souriait [le père], l'autre qui pleurait [la mère], m'apparaissait soudain bien inoffensive. J'ignorais que la distance n'empêcherait en rien son ingérence. Le grain de sable était déjà dans le mécanisme que j'avais patiemment assemblé durant des années, depuis l'instant où la vie dont je rêvais avais pris forme dans mon imagination enfantine jusqu'au bouclage de ma valise la veille de mon départ. »

p. 60 : A propos du chef du bureau des pays en voie de création/section Europe de l'Est et Sibérie

« Le bateau n'était pas sans capitaine à bord, ce qui eût été plus facile, mais naviguait avec un capitaine qui mettait le cap sur les récifs tandis que l'équipage manœuvrait discrètement pour les éviter. »

18 octobre 2016

Rencontre avec Hervé MAGNIN

Bonjour,

Nous avons du monde à la soirée organisée avec Hervé Magnin et le concours des Amis de la Terre. Merci à toutes et tous !

IMG_5434.JPG

IMG_5446.JPG

Au plaisir de vous revoir le mois prochain par exemple avec Jean-Claude Lalumière...

A bientôt !

 

L'équipe des Danaïdes

13 octobre 2016

Courtney Maum, Je suis si bien ici sans toi

1507-1.jpg

Rue Fromentin, 22€

IL N’Y A PAS D’AMOUR HEUREUX… Vraiment ?

Immédiatement, on pense au poème d’Aragon martelant qu’il n’y a pas d’amour heureux.

« Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force / Ni sa faiblesse ni son cœur Et quand il croit / Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix » semble rappeler Courtney MAUM à travers des personnages incarnés auxquels on s’attache très vite.

Peintre qui commence à avoir du succès, vivant avec son amour de jeunesse (devenue avocate) et leur fille de 5 ans dans un Paris cossu, Richard, le narrateur, a tout pour être heureux et c’est peut-être bien ça le problème !

Les coulures sur les lettres colorées de la couverture annoncent une triste réalité : celle d’un couple dont la complicité s’est dissoute dans le quotidien, celle d’un homme qui a transformé l’or en plomb.

Avec une écriture pleine d’énergie, ironique et tendre, l’auteur questionne notre époque en disséquant l’intimité de ce trentenaire qui cherche à rétablir (établir ?) un équilibre perdu ou, du moins, conforme à ses rêves, ces possibles, qu’il oserait enfin investir.

Un magnifique portrait de sa femme se dessine alors en creux dans ce moment de vérité qu’ils vivent.

Des flash-backs, les épreuves endurées, la politique internationale ( !) et le solide couple que forment ses parents emmènent le narrateur (et le lecteur) aux mêmes conclusions qu’Aragon…

« Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson »

Hugues