Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 octobre 2017

les Passeurs de livres de Daraya de Delphine Minoui

Daraya.jpg

Le Seuil, 16 €


Daraya est une ville syrienne à quelques kilomètres de Damas, mais c’est aussi un symbole de la révolution pacifique syrienne. Rappelez vous ces rassemblements de 2011, où les manifestants offraient des roses et des bouteilles d’eau aux soldats du régime de Bachar El Assad. Mais en août 2012, tout bascule. Le régime syrien souhaite éradiquer toute contestation, et prendre possession de la ville, lieu stratégique. Il justifie son action en accusant les forces rebelles d’être proche des terroristes de Daesch. En quelques jours, 200 000 habitants fuient la ville. Ne resteront que 20 0000 civils et des poignées de combattants décidés à résister coûte que coûte. En 2015, La journaliste Delphine Minoui tombe sur internet sur une photo qui l’intrigue, des combattants dans une pièce remplie d’étagère de livres : une bibliothèque sous les bombes. Elle arrive à établir le contact avec eux, qui lui racontent cette histoire incroyable de résistance, grâce aux livres, portes d’accès à La réflexion, et donc à la liberté. Pendant un an, elle va être en contact régulier avec eux via Skype, what’s ap, facebook. Impossible de se rendre sur place. Au quotidien elle recueille leur témoignage, le quotidien hallucinant d’une ville assiégée où des enfants souffrent de malnutrition à cause du blocus. Mais ils tiennent, notamment grâce à cette bibliothèque, ce lieu de sociabilité et d’accès à la connaissance, donc à l’altérité. Ils s’appellent Ahmad, Sharif, Hussam, Omar, et tous ont une histoire, un moi individuel et pensant qu’ils cultivent et renforcent par leur lecture.

Une magnifique illustration des vertus puissantes de la bibliothérapie.

Marion

29 septembre 2017

Je m'appelle Lucy Barton, d'Elisabeth Strout

CVT_Je-mappelle-Lucy-Barton_2251.jpg
Ed Fayard, 19 €

 

Peut-on savoir qui l’on est quand la vie vous a malmené dès l’enfance et que la seule solution a été de fuir ?

Au moment où le livre commence, l’héroïne et narratrice Lucy Barton doit être au mitant de sa vie, c’est une écrivaine reconnue et elle partage sa vie avec son deuxième mari violoncelliste. Mais elle a eu une autre vie, elle s’est d’abord appelée Lucy-Barton-bordel-de- merde. Plusieurs années auparavant, elle a été hospitalisée pour une appendicite, et elle est restée 9 semaines à l’hôpital, pour des suites infectieuses qui ne seront jamais vraiment élucidées, maladie somatique ? Au cours de ces neuf semaines, sa mère, qu’elle n’a pas revue depuis des années, vient passer cinq jours et cinq nuits à son chevet. Le roman est une alternance de ces conversations entre mère et fille, et les scènes de souvenirs de son enfance. Une enfance pauvre, malheureuse, dans la crasse et la violence sourde, dans une petite ville de l’Illinois, où un vieux garage faisait office de maison, où le manque, de nourriture, de moyens, d’affection, rythmait le quotidien. La mère frappe parfois sans raison, le père, traumatisé par la guerre est peut-être même incestueux. Lucy Barton est celle qui a réussi à s’extraire de ce milieu originel. Sauvée par la lecture, elle a quitté cette famille, fait des études supérieures, s’est mariée, a eu deux filles, et habite New York. Elle n’est pas celle qui a trahi, mais celle qui s’est élevée. Rien ne sera jamais abordé frontalement dans ces discussions entre mère et fille, on frôle parfois les secrets, mais il n’y aura pas de règlement de compte frontal, juste un temps partagé d’attention et d’échange qui fera office de premier pansement : « C’est le son de la voix de ma mère dont j’avais besoin : ce qu’elle disait n’avait pas d’importance. »

Marion

article publié dans le numéro de rentrée de Pages des libraires

Jeudi des Danaïdes

Jeudi 5 octobre, 18h à la librairie. On se retrouve pour échanger sur la rentrée littéraire... Original n'est-ce pas... Tous ces livres que nous avons sortis des cartons, nous avons enfin trouvé le temps de les déballer, de les ranger, de les ouvrir, et de les lire (pas tous hein ? Et puis on a un peu triché, nous avons commencé cet été à la plage...).

P1280649.JPG

Nous présenterons donc les titres que nous avons beaucoup appréciés (ça fait déjà pas mal) ! Et c'est toujours dans le cadre des jeudis des Danaïdes, donc vous apportez à manger, nous avons à boire et on partage à la fin.

P1280654.JPG

Au plaisir !

Les Danaïdes

30 août 2017

A malin, malin et demi, Richard RUSSO

russo.jpg

24 € - La table ronde

Splendeur et misère de la middle class...

Le shérif de Bath est à l'image de sa ville : complexé et pas en grande forme. Il est le pivot de cette histoire qui comprend aussi une bonne galerie de personnages usés et souvent amusants ! Quelques caricatures bien senties au cœur d'une histoire serrée comme un ristretto, un peu folle et à l'ambiance délicieuse.

Romain

Les huits montagnes, Paolo COGNETTI

cognetti.jpeg

Stock - 21,50 €

Une belle histoire d'amitié nous est racontée dans ce livre où le protagoniste va rencontrer un jeune homme de la montagne. Une histoire de filiation, de compréhension du monde et de soi-même. Empli de sagesse le roman déroule son fil au cœur des montagnes qui offrent un cadre majestueux à ces lignes : reposant et respirant.

Romain

18 août 2017

Selon Vincent, Christian GARCIN

garcin poche.jpg

8.80 € - Babel

Ah ! Le premier coup de coeur de la rentrée littéraire est un roman en poche...

Plusieurs histoires s'entrecroisent au fil de la narration et tissent rapidement une trame arachnéenne, reliant les choses entre elles, les lieux et les personnes aussi, mêlant les époques, la fiction et la réalité. Une affaire de disparition, de voyage et de rencontres, un récit puissant et multiple !

Romain

03 août 2017

La Tresse, de Laetitia Colombani

couvlatresse.jpg

Grasset GF 18€

Trois femmes, trois continents, trois cultures, et toujours le même combat. Trois itinéraires de femmes vers la liberté et la dignité. Un beau livre, une écriture sobre et directe. En creux, une invitation à la réflexion sur les vrais combats des femmes à mener en occident.

Marion

L'Africain de J.M.G Le Clézio

couvafricain.jpg

folio 6.60€

A l'âge de 8 ans, J.M.G Le Clézio va vivre quelque temps aux fins fonds de l'Afrique de l'ouest, au Nigéria, dans une région reculée où son père est médecin de brousse. Ce livre raconte ces souvenirs africains, et cette emprunte indélébile et constitutive de l'homme qu'il est devenu: tout y est cru, charnel et immédiat, les corps, les bêtes, la végétation, les éléments....

Un des plus beaux textes de Le Clézio, et sûrement le plus intime.

Avec en bonus un petit cahier photos d'époque, prises par son père

"C'est à l'Afrique que je veux revenir sans cesse, à ma mémoire d'enfant. A la source de mes sentiments et de mes déterminations. Le monde change, c'est vrai, et celui qui est debout là-bas, au milieu de la plaine d'herbes hautes, dans le souffle chaud qui apporte les odeurs de la savane, le bruit aigu de la forêt, sentant sur ses lèvres l'humidité du ciel et des nuages, celui-là est si loin de moi, qu'aucune histoire, aucun voyage ne me permettra de le rejoindre."

extrait p. 119

13 juillet 2017

Sélection d'été !

Bonjour à vous,

Ci-dessous, vos libraires vous donnent quelques idées de lecture pour l'été :

Marion vous parle du dernier livre de Tanguy Viel aux éditions de Minuit...

Pas doué pour coller la vidéo et de toute façon, elle sortait du cadre alors cliquez sur l'image, et ça va bien se passer !

marion youtube.jpg

On remercie TVnet Citoyenne qui accorde un place important au livre, à la lecture et à la librairie !

Et Romain, depuis La Rochelle, essaie de vous faire lire Jay McInerney, Irmgard Keun ou John Hull...

romain webtvculture.jpg

Et ici, on remerciera beaucoup WebTvCulture, qui a filmé l'ensemble des RNL à la Rochelle !

Bon été, à bientôt !

 

Les Danaïdes

12 juillet 2017

Le paradoxe de Fermi, Jean-Pierre BOUDINE

boudine.jpg

6.60 - Folio

Comment survivre à l'effondrement économique de notre civilisation ? Le peut-on ? Est-ce souhaitable ? Un livre clinique, intelligent et plein de perspectives toutes plus sombres les unes que les autres. Réjouissant...

Romain