Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 janvier 2018

Taqawan, Eric PLAMONDON

plamondon.jpg

20 € - Quidam

Où l'on vient nous raconter cette histoire du Québec d'aujourd'hui, marqué par les conflits d'hier. Au travers de quelques personnages bien dessinés, Eric Plamondon nous raconte avec une certaine économie de moyen et une forte tonalité "grands espaces" l'histoire de cette poignée de personnages pris dans les rets d'un coup politique et tentant de s'en défaire par eux-même. Une belle tension tout du long !

Romain

14 janvier 2018

Le mystère Croatoan, José Carlos SOMOZA

somoza croatoan.jpg

23€ - Actes Sud

Une fois de plus, tirant son sujet des succès populaires (ici, les zombies), Somoza nous propose une histoire sombre, bien ficelée, dans le complet domaine de la fiction.

Un nombre de personnage assez réduit vit l'effondrement de la civilisation. Mais ici, pas de tentative de description de ce que pourrait être la survie des humains. Il s'agit d'autre chose. Introduisant petit à petit tout un décorum horrifique, l'auteur nous promène, entre Barjavel et Lovecraft, dans un monde sombre et sans issue.

Une balade pas rassurante pour deux sous et rondement menée.

 

Romain

13 janvier 2018

En lieu sûr, Wallace STEGNER

stegner lieu sur.jpg

11 € - Gallmeister

Un très beau livre sur l'amitié, puissant, travaillé ; au delà de l'histoire, une vraie réflexion sur la vie. Et donc c'est l'histoire d'une amitié entre deux couples. L'un aisé, l'autre non. Les hommes sont des universitaires passionnés de littérature. Et ce sont les femmes qui portent ce lien si particulier, les hommes s'en trouvent rapprochés, sereins. Vraiment de beaux passages sur la vie, les souvenirs, l'amitié, les heurs ou les chausses trappes. C'est aussi l'histoire d'une famille vue au prisme du temps qui s'écoule. Au milieu de tout ça, des excursion ou simplement des promenades dans la nature, sauvage ou apprivoisée. Et toujours cette écriture mélodieuse, entêtante et marquée par le changement du monde (l'auteur a vécu tout le 20ème siècle et ce roman fût son dernier).

Romain

12 janvier 2018

Face au vent, Jim LYNCH

lynch.jpg

23.20 € - Gallmeister

La bonne histoire d'une famille qui a du souffle dans les voiles. Une écriture qui installe rapidement un climat doux, enveloppant, presque tranquille bien que sujet à de fortes rafales. La vie dans une marina, les voileux, quelques excentriques bon enfant. Une histoire qui, malgré le roulis, nous mène à bon port.

Romain

25 novembre 2017

Me voici, Jonathan SAFRAN FOER

safran foer me voici.jpg

24.50 € - Editions de l'Olivier

LE ROMAN DES PETITS ET DES GRANDS ECARTS... Ecarts culturels, écarts d'âge, écarts dans un couple, écarts religieux... D'une minutie extraordinaire, détaillé sans être froid (bien au contraire !), dialogues jubilatoires où les fausses questions amènent de vraies réponses et inversement. Tant de moments à retenir dans ce roman fabuleux, vous trouverez celui qui vous parle !

Romain

17 novembre 2017

By the rivers of Babylon, Kei MILLER

miller kei.jpg

20,50 € - Zulma

 

A son retour de l'école, Kaia arrive chez lui sans ses dreadlocks, son instituteur les lui a coupées !

Porté par la pensée rastafari et la tradition des contes, ce roman est un chant de révolte et d'émancipation du peuple jamaïcain.

Louise

Ce qu'on entend quand on écoute chanter les rivières, Barney NORRIS

norris.jpg

20 € - Seuil

 

Dans la ville de Salisbury où cinq rivières se croisaient (dit-on), Rita, Sam, Georges, Alison et Liam se connaissent sans le savoir. Cinq destins qui s'effleurent et s'entrechoquent.

Barney NORRIS sonde l'ordinaire de nos vies pour en faire un roman choral émouvant et très bien construit.

Louise

14 octobre 2017

La Forteresse impossible, Jason Rekulak

rekulak.jpg

22.80 € - Actes Sud

Du temps où PlayBoy était le summum du porno, trois adolescents en quête de sensations fortes vont élaborer un scénario digne d’un James Bond pour avoir entre les mains de quoi nourrir leurs premiers fantasmes sexuels. Suspense garanti.

Quand on a 14 ans en 1987 au fin du du New Jersey, on est prêt à tout pour récupérer un exemplaire du Playboy où pose en couverture LA présentatrice LA PLUS SEXY du pays… Mais internet balbutie, et la loi est respectée, ils sont mineurs. C’est le point de départ de cette tragi-comédie que l’on dévore. Ils sont trois adolescents, Billy, Alf et Clark. Billy, le narrateur s’ennuie au collège et ne vit que pour l’informatique, c’est un autodidacte de la programmation, qui a même réalisé un jeu : La Forteresse impossible. Grâce au scénario élaboré par nos 3 compères pour récupérer un exemplaire du PlayBoy, il va faire la connaissance de Mary, La fille du magasin de journaux, un petit génie de l’informatique. Il est censé la séduire, mais les choses vont se compliquer. Un beau livre sur l’adolescence, et toutes ses facettes, le regard des autres, la difficulté à trouver sa place, les premiers émois, le gouffre du désir.

Les dialogues sont vifs et drôles, l’écriture alerte, l’histoire pleine d’imprévus plus rocambolesques les uns que les autres. En refermant le livre, on a la nostalgie d’avant la toile, quand on n’avait pas accès en deux clics à YouPorn, l’aventure pouvait être totale...

Marion

article paru dans le numéro de Page d'automne 2017

05 octobre 2017

Underground Railroad, Colson WHITEHEAD

whitehead.jpg

22.90 - Albin Michel

Ce récit très prenant nous plonge avec Cora dans l'enfer que vivait les populations noires à l'époque de l'esclavagisme. Ainsi lit-on les péripéties qui vont suivre son évasion de la plantation dans laquelle elle était détenue. Colson Whitehead est un écrivain contemporain et ce roman a bien sûr une portée "politique" : sur quelle base reposent les relations blancs/noirs aux EU, quelle est leur histoire ? C'est riche, intelligent, passionné, militant.

Romain

29 septembre 2017

Je m'appelle Lucy Barton, d'Elisabeth Strout

CVT_Je-mappelle-Lucy-Barton_2251.jpg
Ed Fayard, 19 €

 

Peut-on savoir qui l’on est quand la vie vous a malmené dès l’enfance et que la seule solution a été de fuir ?

Au moment où le livre commence, l’héroïne et narratrice Lucy Barton doit être au mitant de sa vie, c’est une écrivaine reconnue et elle partage sa vie avec son deuxième mari violoncelliste. Mais elle a eu une autre vie, elle s’est d’abord appelée Lucy-Barton-bordel-de- merde. Plusieurs années auparavant, elle a été hospitalisée pour une appendicite, et elle est restée 9 semaines à l’hôpital, pour des suites infectieuses qui ne seront jamais vraiment élucidées, maladie somatique ? Au cours de ces neuf semaines, sa mère, qu’elle n’a pas revue depuis des années, vient passer cinq jours et cinq nuits à son chevet. Le roman est une alternance de ces conversations entre mère et fille, et les scènes de souvenirs de son enfance. Une enfance pauvre, malheureuse, dans la crasse et la violence sourde, dans une petite ville de l’Illinois, où un vieux garage faisait office de maison, où le manque, de nourriture, de moyens, d’affection, rythmait le quotidien. La mère frappe parfois sans raison, le père, traumatisé par la guerre est peut-être même incestueux. Lucy Barton est celle qui a réussi à s’extraire de ce milieu originel. Sauvée par la lecture, elle a quitté cette famille, fait des études supérieures, s’est mariée, a eu deux filles, et habite New York. Elle n’est pas celle qui a trahi, mais celle qui s’est élevée. Rien ne sera jamais abordé frontalement dans ces discussions entre mère et fille, on frôle parfois les secrets, mais il n’y aura pas de règlement de compte frontal, juste un temps partagé d’attention et d’échange qui fera office de premier pansement : « C’est le son de la voix de ma mère dont j’avais besoin : ce qu’elle disait n’avait pas d’importance. »

Marion

article publié dans le numéro de rentrée de Pages des libraires