Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 août 2016

Sam Millar, Un sale hiver

un sale hiver.jpg

Seuil, 21,50€

UN ROMAN NOIR BIEN SOMBRE ECLAIRE PAR UN HUMOUR CINGLANT

Tous les codes du genre sont au rendez-vous !

Un privé au grand cœur (« sérieux avec désinvolture » comme il dit) est ballotté, malmené par l’enquête, pleine de rebondissements bien sûr, qu’il croit pourtant mener.

Évidemment, il est du genre à foncer dans les guêpiers qu’il se jure de toujours éviter.

Entre ripoux, mafieux, tueur en série, scène de boucherie (!), vengeance, cliente magnifique forcément source d’ennuis, énorme récompense qui renflouerait enfin des caisses éternellement vides, coups bas et soucis familiaux, il se fraie un chemin chaotique vers la vérité.

Sans jamais faire de compromis, il enquête dans les recoins les plus sombres d’une société irlandaise pourrie jusqu’à l’os en lançant des répliques pleines d’ironie et de provocation qu’on imagine dites avec un petit sourire en coin (de ceux qui tiennent à distance ou qui appellent les claques…).

Tout le monde en prend pour son grade !

JUBILATOIRE ET RYTHME. UN REGAL DU GENRE !

Hugues

 

25 août 2016

Station Eleven, Emily ST. JOHN MANDEL

st john mandel.jpg

22€, Rivages

Une petite catastrophe tue un grand nombre de gens. Quelques années plus tard, dans un monde désertifié où la nature reprend sa place peu à peu (pensez à Tchernobyl), une troupe de théâtre itinérante joue du Shakespeare aux survivants et aux suivants. Des personnages qui ont un passé et du corps, une belle histoire avec du suspens, de la poésie et de la profondeur. On est bien servis avec ce très bon roman !

Romain

24 août 2016

Lucie PIERRAT-PAJOT, Les mystères de Larispem (tome 1 : Le sang n’oublie jamais)

mystères de larispem.gif

16€

OYEZ, OYEZ !

Dans ce livre :

  • Paris n’est plus Paris mais Larispem (son nom en argot des bouchers) et la Tour Eiffel n’y est pas encore construite ;
  • vous apprendrez l’argot des bouchers donc ! Celui qu’on parlait déjà en 1899 et qui perdure ;
  • vous vivrez en 1899, dans une société où les bouchers forment l’élite ;
  • les Communards l’ont emporté et ont fondé une cité-état et égalitaire dirigée par une femme !
  • vous verrez comment Liberté et Egalité peuvent s’opposer ;
  • un écrivain, Jules Verne est le guide spirituel de tout un peuple (c’est vraiment une fiction donc !), ou presque…

 

Mais surtout vous y suivrez les aventures de trois jeunes personnages entre magie et cambriolages, entre complots des aristocrates chassés du pouvoir et amitié, entre automates et sociétés secrètes…

ALORS N’HESITEZ PAS !

Génial à sang pour sang…

Hugues

 

Jean-Claude Mourlevat, Mes amis devenus

mes amis devenus.jpg

17,90€

UN NOUVEAU MOURLEVAT !

« Que sont mes amis devenus » chantait déjà Rutebeuf au 13ème s… Jean-Claude Mourlevat se lance lui aussi dans cet exercice de style du roman de souvenirs et LE REUSSIT.

Il y a une vie dans ce roman : celle de Sylvère, le narrateur sexagénaire. Il l’évoque par touches en attendant Jean qu’il connaît depuis la 6ème, dont il était alors « tombé en ami comme on tombe amoureux » et en espérant Lours’, Luce et surtout Mara qu’il n’a pas revus depuis 40 ans…

Il y a de la vie dans ce roman.

Toujours aussi drôle et émouvant, Mourlevat saura toujours sécher vos larmes naissantes d’un sourire au fil des portraits du mélancolique Lours’, de Luce et son sourire qui vous en rappellera forcément d’autres, de Jean grâce à qui il ne s’est jamais plus senti seul dans sa vie depuis qu’il l’a rencontré et de Mara, une « flamme faite femme »…

Hugues

Rosa Montero, Le Poids du cœur

poids du coeur.jpg

22€

UN REGARD SOMBRE ET POURTANT OPTIMISTE SUR LE MONDE

 

Pourquoi Bruna Husky porte-t-elle un regard aussi hostile sur le monde ?

Comme le titre l’indique, elle a le cœur lourd. Réplicante de combat (comme dans Blade Runner), elle est angoissée par son obsolescence programmée. Il lui reste à vivre 3 ans, 10 mois et 21 jours au début de cette histoire.

Son cœur s’allègera au fil de son enquête… de son humanisation.

Avant tout formidable roman d’action, ce polar (Bruna est un robot détective) d’anticipation (elle vit en 2109) et philosophique questionne notre époque en dépeignant un monde qui pourrait être un prolongement possible du nôtre. Les questions que soulève l’intrigue entrent en résonance avec celles que nous nous posons actuellement : réflexion sur la mémoire humaine individuelle et collective comme reconstruction artificielle, ainsi que sa manipulation, le fanatisme religieux, la gestion des déchets nucléaires, la ségrégation sociale assumée ou plus hypocrite, la xénophobie, la citoyenneté attendue et la réelle, l’identité, le rapport au corps, le tranhumanisme, le rôle de l’art (notamment face à la mort) et la nature de la création.

PASSIONNANT et STIMULANT, ce livre nous rappelle que « le barbare, c’est celui qui croit à la barbarie » (Claude Levy-Strauss)

Hugues

23 août 2016

L'île du Point Némo, Jean-Marie BLAS DE ROBLES

blas de robles poche.jpg

8.10 € - Points

JULES VERNE, CORTO MALTESE & les E-BOOK. Dans un roman plutôt libre, dans la forme comme dans le fond, l'auteur nous transporte historiquement et physiquement d'un bout à l'autre du monde. Son univers se situe donc entre Jules Verne, Google et Corto Maltese si ça parle à quelqu'un. Difficile à résumer tant les histoires s'imbriquent et s'emballent, disons tout à la fois que c'est jubilatoire, que le bonhomme a de la suite dans les idées, que c'est parfois assez kitsch, c'est un jeu, c'est référencé... Ne pas bouder son plaisir.

Romain

22 août 2016

Histoire du lion Personne, Stéphane AUDEGUY

audeguy.jpg

17€ - Seuil

 

La belle et émouvante histoire d'un lion du Sénégal qui arrive en France. Ironiquement, c'est aussi une migration forcée. Belle langue qui nous berce du début à la fin de ce roman et qui offre au travers de cette histoire une vision plutôt réaliste de ce monde du XVIIIème siècle. De nombreux personnages finement décrits s'attachent au destin de cet animal qui révèle parfois chez le lecteur une certaine mélancolie. Un beau texte qui nous dévoile un monde d'humains, finalement guère plus enviable que le nôtre. Les fins de règne...

Romain

21 août 2016

l'archipel d'une autre vie, Andreï MAKINE

makine.jpg

18€ - Seuil

Un roman très imprégné par les vastes espaces de la grande steppe. C'est une histoire de chasse à l'homme, mais bien sûr, c'est aussi une histoire de fuite. Les personnages convoqués sont autant d'expressions des sentiments et émotions humaines : du bon, du très bon, du médiocre aussi et du franchement mauvais bien sûr. Une très belle réflexion sur la liberté et ce qu'elle exige des hommes.

Romain

20 août 2016

Le grand jeu, Céline MINARD

minard.jpg

18€ - Rivages

Céline Minard sort Le Grand Jeu


Une femme choisit de s’isoler dans un cadre sauvage et grandiose au cœur d’un cirque montagneux où elle souhaite vivre dans une solitude réglée : elle s’y est préparée, elle commence son entraînement.
La montagne, lieu du désert et du dépassement offre un cadre à la mesure de cette prise de distance : âpre et rugueux, austère et digne, difficile et exigeant. Ainsi son refuge, loin du monde et seul foyer, semble à la fois d’une sobriété exquise et d’une efficience mûrement réfléchie. Alors tout peut commencer, le travail quotidien et les temps bien aménagés (jardin, violoncelle, marche…) permettent une quiétude et livrent l’accès d’un cheminement spirituel fait de résonances et de questionnements philosophiques. Ces exercices, l’apprivoisement de son environnement et sa description minutieuse, nous projettent parfois dans une tranquillité de l’âme que ne renieraient pas les maîtres bouddhistes. Ce texte mêlant poésie, méditation, symbolisme, onirisme, élévation du corps et de l’esprit, symbiose avec le monde animal n’est pas sans évoquer les écrits de René Daumal (Le Mont Analogue), Erri de Luca (Le poids du papillon), Samivel ou Bernard Amy (L’Alpiniste), pour ne citer qu’eux. Pourtant, avec légèreté, il s’affranchit aussi de ces parentés grâce à l’écriture enlevée et comme nettoyée, purifiée par l’altitude, de Céline Minard.  Belle, fluide, percutante et très précise, elle permet d’être tout à la fois poétique et imagée, un peu à la façon dont pourrait fonctionner un objectif grand angle ou bien macroscopique (de superbes passages !). Toute à sa tentative de confrontation et d’accomplissement (personnel, physique et spirituel), notre personnage va cependant faire une rencontre et vivre là un bel imprévu. Après avoir patiemment et raisonnablement posé des jalons, borné son domaine et accordé sa vie, une perte de repères s’augure : comment accepter ou refuser la situation, et que faire ? Voilà ce dont il s’agira dans la deuxième partie de ces pages brillantes.

Romain

Article publié dans le n°179 de la revue Page des Libraires

12 août 2016

Louis Sachar, Chemins toxiques, Gallimard Jeunesse

sachar chemins toxiques.gif

12€

UN NOUVEAU ROMAN de LOUIS SACHAR (Rappelez-vous ! Celui qui a écrit le GENIAL « Le Passage » !) Un thriller cette fois…

L’histoire se passe dans la très renommée école de Woodridge. Tamaya ne comprend pourquoi il est impossible d’y être populaire quand on est gentil et respectueux et Marshall, lui, rêve de ne plus être aussi impopulaire. Quand à Chad, la brute de l’école, il ne rêve plus…

Vous apprendrez ce qu’est un choix de Hobson en découvrant celui qu’a dû faire Tamaya quand elle a suivi Marshall en désobéissant par obéissance… en évitant un danger pour en affronter un autre, terrible.

Le PLAISIR et le SUSPENSE CONTAMINENT LE LECTEUR tout au long de ces CHEMINS TOXIQUES.

Hugues