Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 mai 2017

Frères Migrants

migrants-couv.jpg

 

DE QUOI LES MIGRANTS SONT-ILS LE NOM ?
Dans un très beau livre aussi poétique que politique, Patrick Chamoiseau nous invite à nous réveiller.
Une « lance d’alerte » à notre humanité morbide

 Pour Patrick Chamoiseau, ce qui se joue dans le drame des migrants est un risque pour l’humanité. Non pas parce que le nombre de corps repêchés dans la Méditerranée est un drame humanitaire au sens numéraire, mais parce qu’à chaque homme, femme, enfant, qui meurt en mer, c’est une part du monde des possibles qui n’adviendra pas.
Notre monde est devenu un grand magasin de « prêt-à-porter d’une précarité légalisée obligatoire». Et le poète l’affirme, la barbarie aujourd’hui n’est pas dans la menace de l’étranger, elle est devenue un des piliers de notre système mondialisé, où l’argent, le toujours plus d’argent, de biens, de services est l’unique moteur de la ronde humaine, et autorise tout comportement. C'Est pourquoi il évoque le concept de mondialité (versus mondialisation), élaboré par Edouard Glissant : la mondialité « c’est l’inattendu humain » avec la conviction que « rien ne s’est fondé dans l’immobile et dans le fixe. »
A la lumière de cette réflexion profonde,  l’axe de la menace s’inverse, ce n’est pas l’Autre qui met notre vie en danger, mais nous-mêmes, car rejeter l’autre c’est céder à la peur mortifère, au rejet de la vie.
Ne l’oublions pas, « Il y a du Trump en chacun de nous. »

Marion

17 mai 2017

Marie Caudry aux Danaïdes !

le jour où le grand chêne est tombé.jpg

Marie Caudry, illustratrice d'albums oniriques aux couleurs fauves, sera à la librairie pour une séance de dédicaces le samedi 10 juin 2017 de 14h30 à 17h30.

Merci à elle de venir jusqu'à nous et aux éditions Thierry Magnier de favoriser cette rencontre !

Et comme toujours, c'est parce que nous aimons son travail que nous l'avons invitée !!!

Bénédicte

11 mai 2017

Les jours enfuis, Jay MCINERNEY

mcinerney.jpg

22,50 € - L'Olivier

 

Les belles années, les jours enfuis... A l'image du loft qu'ils occupent (autrefois rêvé, aujourd'hui vieillissant), entre nostalgie, attrait du vide et crise existentielle, un couple new-yorkais affronte le gros temps. Le sentiment amoureux, le doute, l'unité, l'aventure, le quotidien et l'envie de vivre sont les thèmes autour desquels gravite le roman. On sent bien sûr la critique acerbe de cette bonne société new-yorkaise (très "darwinienne" précise l'auteur) mais qui n'est pas exempte d'une certaine tendresse. Les personnages ont du corps et une histoire, cela se fait agréablement sentir à la lecture (pour le meilleur ou pour le pire !). Leurs états d'âme en sont décuplés. Un peu de Friends (pour le goût 90's) et pas mal de James Salter (dilemmes éthiques/sentimentaux), Les jours enfuis est un roman qu'on ne lâche pas et qui mérite une belle mention !

ROMAIN

Le chemin du diable, Jean-Pierre OHL

ohl.jpg

21 € - Gallimard

Nous sommes en pleine révolution industrielle et le train arrive un peu partout dans la campagne anglaise, ce qui n'est pas sans déplaire à certains. Disparitions, meurtres, manoir perdu sur la lande... Du romantisme, du mystère, du fantastique aussi ! Toute une palette de personnages sont campés et dessinent cette époque avec réalisme. Jean-Pierre Ohl se sert dans les répertoires de Le Fanu, Dickens et autres grands littérateurs du siècle pour son plaisir et le nôtre !

Romain

22 avril 2017

A toi, Claudia PINEIRO, Actes Sud/Babel

à toi.jpg

Grand format à 18 € - Format poche à 6,80 €

D'un côté, nous avons un couple qui se déchire de façon improbable : ça décape.

De l'autre, nous avons leur fille adolescente qui se trouve confrontée à un problème autrement plus grave : ça remet les pieds sur terre.

A découvrir.

Bénédicte

Fête de la librairie indépendante

En cette journée de fête de la librairie indépendante, comment ne pas faire honneur à cette petite note d'Eric Chevillard à découvrir sur son blog. Je cite donc :

On ne le dira jamais assez, le bon libraire est celui qui est capable de conseiller les clients dont il connaît les goûts. C’est ainsi que le plus grand de tous, Amazon, recommande aux lecteurs de mon nouveau livre, Détartre et désinfecte, des liens susceptibles de les intéresser : ‘’Vinaigres ménagers, l’atout quotidien de la maison’’, ‘’Désinfection par voie aérienne’’ et ‘’Détartrant pour cafetières’’.

Et la preuve est ici, si vous voulez vous en donner la peine : https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Daps&field-keywords=chevillard+d%C3%A9tartre

C'est exquis.

A bientôt !

 

Romain

 

18 avril 2017

Rencontre avec Yves BALLU autour de son livre Naufrage au Mont Blanc

9782352212324_1_75.jpg

En partenariat avec le Club Alpin Français d'Aix les Bains, nous accueillons mercredi 7 juin Yves BALLU, spécialiste d'alpinisme. Il a déjà publié de nombreux livres sur le sujet et publie une nouvelle version augmentée et très illustrée de son livre sur l'affaire Vincendon et Henry Naufrage au Mont Blanc, aux éditions Guérin.

Rappelons en deux mots qu'il s'agit de l'un des évènements tragiques (l'errance au sommet de ces deux hommes pendant plusieurs jours) qui a certainement participé à la mise en place d'un service de secours professionnel en montagne. En effet, mauvaises décisions et concours de circonstances auront décidé du sort funeste de ces deux hommes.

Donc, mercredi 7 juin, 18h, dans les locaux du CAF !

Le principe est toujours le même, une présentation/discussion suivie d'un moment plus convivial, vous apportez à manger, nous nous occuperons de la boisson.

A bientôt !

Les Danaïdes

12 avril 2017

Mères, filles, sept générations, Juliet NICOLSON, Bourgois

mères, filles, sept générations.jpg

Grand format à 23 €

Ni roman, ni autobiographie, Juliet Nicolson raconte les femmes de sa famille, de mères en filles, sur sept générations (et notamment sa grand-mère, la fameuse romancière anglaise Vita Sackville-West). Elle scrute les erreurs, les secrets, les égarements, les combats... Pour tenter d'éviter que l'histoire ne se répète ? Elle fait donc un peu de psychogénéalogie. Mais surtout, elle aborde les grandes questions du féminisme et de la maternité.

On se surprend à vouloir faire de même !

Bénédicte

Voleurs, Christopher COOK

cook voleurs.jpg

8.70 € - Rivages

C'est l'histoire d'une balade qui tourne court. Deux bonshommes un peu paumés qui en savent aussi long que chacun sur la vie et le monde qui tourne autour d'eux. Qui tourne mal d'ailleurs... Un roman en forme de parabole.

Romain

11 avril 2017

Peindre, pêcher et laisser mourir - Peter HELLER

heller poche.jpg

9.80 € - Babel

Roman bien bâti, alternant scènes contemplatives et moments plus musclés. L’ensemble est très agréable à lire, mêle réflexions sur le monde de l’art, sur la pêche, sur la façon de mener une vie, d’aimer. On passe un bon moment dans un livre qui n’est pas sans rappeler les bons romans de Jim Harrison : entre roman noir et littérature des grands espaces.

Romain