Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 septembre 2016

Thomas Cook, Sur les hauteurs du mont Crève-Coeur

9782021176674FS.gif

Seuil, 21,50€

UN ROMAN NOIR QUI ENLACE LE LECTEUR COMME UN NŒUD COULANT.

Encore une plongée troublante dans les pensées d'un personnage complexe imaginé par Thomas Cook. « Voici le récit le plus tragique qu'il m'ait été donné d'entendre. Toute ma vie, je me suis évertué à la garder pour moi » nous annonce-t-il au début.

Le narrateur, Ben, devenu médecin de campagne respectable et apprécié, est hanté par le visage de la magnifique Kelli. Des souvenirs vivaces, trop lourds, le ramènent sans cesse dans l'Amérique profonde et raciste des années 60 quand ils étaient au lycée. Il l'aimait. Elle en aimait un autre. Elle voulait « vivre à la hauteur de ses aspirations, regarder la vie en face, avec courage, voire de temps à autre, héroïsme » et surtout ne pas passer sa vie à se décevoir ou à avoir peur. Elle n'en n'aura pas l'occasion. On l'a agressée. Le coupable a été emprisonné et la vie a continué. Mais voilà, cette histoire semble n'avoir aucun sens. « Qu'allait faire Kelli seule sur le Mont Crève-Coeur ce jour-là ? Qu'allait-elle chercher, seule, dans la profondeur de ce bois ? »

Ben, poussé par sa conscience et par les questions suspicieuses de son ami Luke, interroge son passé, comme un historien (le premier métier de Thomas Cook), pour essayer de comprendre ce qui s'est vraiment passé en établissant l'hypothèse la plus cohérente possible tout en sachant qu'il n'a pas tous les éléments pour remplir les blancs et que « l'imagination s'obstine à tout réécrire ». Comme lui, le lecteur voit se dessiner peu à peu le motif principal du puzzle malgré les pièces manquantes au gré du récit de ses souvenirs.

Une enquête minutieuse sur le Mal, sur la genèse de la haine, sur des vies brisées par des paroles assassines, par la suspicion.

Extrait: Ben vient de retirer un ver, d'un patient : "Il s'était contorsionné sans fin à l'extrémité des pinces en métal et, tandis que j'observais son corps verdâtre se tordre avec malice, il en avait émané un terrible sentiment de menace comme si, dans ce petit parasite, j'entrevoyais la malveillance qui se tapit au cœur de la vie. Et alors, je me suis dit : "Le voilà, le mal."

Glacé, on referme ce livre construit comme une confession.

Brillant et bouleversant.

Hugues

18 septembre 2016

Steve Toltz, Vivant, où est ta victoire ?

toltz.jpg

Belfond, 22,50€

UN ROMAN MÉLANCOMIQUE QU'AURAIT PU ÉCRIRE CIORAN.

Un écrivain raté, devenu flic par dépit, décide d'écrire la vie de son ami Aldo, un loser qui va d'échec en catastrophe, « toujours la mauvaise personne dans le mauvais costume énonçant la mauvaise phrase sur le mauvais ton au mauvais endroit au mauvais moment à la mauvaise personne ou aux mauvaises personnes,exsudant en permanence l'instabilité ».

Il y a une nécessité, une urgence à écrire chez Steve Toltz. Avec un style excessif, foisonnant et dense, il signe un roman qui se lit à gorge déployée malgré la noirceur du sujet. L'auteur semble affronter ses grandes terreurs à travers les mésaventures de son héros qui brave l'absurdité du monde et de l'existence, comme le Sisyphe de la couverture, en se demandant : "Vivant, où est ta victoire ?".

On finit le roman épuisé et repu, résonnant de questions et d'éclats de rire.

UNE ÉPOPÉE JUBILATOIRE OÙ TOUS LES CHEMINS MÈNENT À L'HOMME.

Hugues

14 septembre 2016

Songe à la douceur, Clémentine BEAUVAIS

Clémentine Beauvais.jpg

Sarbacane, Coll. Exprim', 15,50€

ET SI VOUS RECROISIEZ VOTRE ADOLESCENCE ?

Que faire des braises du passé ?

S'y réchauffer ? S'y bruler* ?

S'enflammer dans tous les cas...

Voilà ce qui arrive aux deux personnages très attachants de cette réécriture du roman et de l'opéra Eugène OUNÉGUINE.

Malgré ce carcan, Clémentine BEAUVAIS fait preuve d'une liberté enivrante et fait palpiter les mots tout autant que les cœurs.

Ses phrases légères, virevoltantes, sans jamais être creuses, ses vers libres et une typographie expressive rendent parfaitement compte des changements de rythmes propres aux histoires d'amour.

Grâce à un style inventif permanent, l'auteur réactualise les aventures du cynique Eugène et de la rêveuse Tatiana avec cette romance 2.0 qui se tisse à l'époque de Facebook, Skype et des SMS capables de rendre omniprésent l'absent. Il avait le dessus. Il ne l'a plus quand ils se retrouvent 10 ans après...

On suit ces deux héros comme on regarde un funambule dans le ciel en se demandant, avec l'auteur, si on a déjà vécu ou si on vivra un jour qui nous résume.

UN LIVRE PASSIONNÉ, PASSIONNANT, ÉMOUVANT, ÉRUDIT.

                                                                                                      UN TOURBILLON DE MOTS ET DE SENTIMENTS

Hugues

* orthographe rectifiée (1990)

 

10 septembre 2016

Erri De Luca, « Le plus et le moins », 14,50€

erri de luca.jpg

Gallimard, 14,50€

Erri délicat…

En achéologue du détail, Erri De Luca décrit des instants fondateurs qui expliquent ce qu’il est : digne, dense et discret.

Avec des mots délicats, il émeut, amuse, enchante dans cet autoportrait pointilliste où il sauve ses souvenirs du pilon.

Il relève ce qu’il doit à ses parents, à son père dont il a reçu « l’usage de l’effleurement » du monde, lui qui est resté un fils, « une branche sèche » ou à sa nonna qui l’ennuyait en lui parlant de ces personnes disparues jusqu’à ce qu’il comprenne qu’elle lui « faisait savoir qu’il était cette foule. »

Il évoque aussi les gens blessants qui l’ont poussé à ébranler « patiences et évidences » avec l’acharnement tranquille de l’homme révolté.

Il parle bien sûr de la lecture et de l’écriture, lui, le taiseux, l’ouvrier, qui s’est mis à écrire « pour forcer les verrouillages qui l’entouraient. »

Il y aurait encore tant à dire sur ce livre généreux, optimiste (il faut lire son discours à la jeunesse à la fin de l’ouvrage) et combattif* où il raconte son expérience de la liberté pour nous montrer la voie en alpiniste qu’il est.

CE LIVRE EST UNE DELICARESSE.

Hugues

* Orthographe rectifiée (1990)

Lorris MURAIL, Douze ans, sept mois et onze jours

lorris murail.gif

Pocket Jeunesse, , 13,90€

Après un énième match de baseball raté par Walden, son père, exaspéré, l’abandonne dans une cabane au milieu d’une forêt du Maine (celle chère à Thoreau…) quand il a douze ans, sept mois et quatre jours.

Qu’est-ce qui peut pousser son père à faire ça ?

A douze ans, sept mois et onze jours, il saura.

C’est toute l’histoire de ce THRILLER haletant où le lecteur, comme Walden, comprend peu à peu que la réalité est toujours trompeuse, que les êtres sont toujours plus denses que ce qu’on pense, que la nature peut être aussi dangereuse que protectrice et qu’un père peut être un loup pour un fils…

POUR LE PLAISIR DE SE FAIRE PEUR

Hugues

08 septembre 2016

Shots, Guillaume GUERAUD, Le Rouergue

shots.jpg

Grand format à 19,80 €

Un auteur redoutable et incontournable chez les ados (Je mourrai pas gibier, Déroute sauvage, Plus de morts que de vivants...) qui nous revient chez les adultes avec un roman original : un "polar-photo"... mais sans les photos ! Vous comprendrez pourquoi en le lisant. A vous de jouer.

Bénédicte

07 septembre 2016

Jean-Claude Lalumière, Ce Mexicain qui venait du Japon et me parlait de l'Auvergne

1507-1.jpg

Arthaud, 17€

VOYAGE EN DRÔLERIE

Le héros, Benjamin Lechevalier, n'aurait peut-être pas dû répondre à cette petite annonce pour devenir « Chargé de l'accroissement du rayonnement extérieur de la Cité de l'Air du Temps » afin d'engager le pays sur les rails de la Modernité. Mais heureusement pour le lecteur, il l'a fait !

Toujours avec les mêmes ingrédients que dans ses trois premiers romans, multipliant les quiproquos, Jean-Claude LALUMIERE transforme les travers de notre société en sourires grâce à un humour tendre et mordant.

Il croque ici le monde du tourisme comme dans son 2ème roman (après l'administration et le monde de l'art) et signe une satire en jouant (il joue beaucoup avec ses personnages qu'il ne ménage pas) sur le décalage entre les attentes de son héros qui rêvait de « partir vers l'inconnu et de se laisser surprendre » et la réalité.

De transports en commun en transports amoureux, le narrateur vit, comme à chaque fois avec LALUMIERE, ses premières expériences dans le monde du travail comme « un échec, une sanction, un transfert sur le Front russe » (titre de son 1er excellent roman).

JAMAIS DANS LA DÉPLORATION ET TOUJOURS RÉJOUISSANT.

EMBARQUEZ IMMÉDIATEMENT !

Tendre et mordant. Tordant.

 Hugues

27 août 2016

Sam Millar, Un sale hiver

un sale hiver.jpg

Seuil, 21,50€

UN ROMAN NOIR BIEN SOMBRE ÉCLAIRÉ PAR UN HUMOUR CINGLANT

Tous les codes du genre sont au rendez-vous !

Un privé au grand cœur (« sérieux avec désinvolture » comme il dit) est ballotté, malmené par l’enquête (pleine de rebondissements bien sûr) qu’il croit pourtant mener.

Évidemment, il est du genre à foncer dans les guêpiers qu’il se jure de toujours éviter.

Entre ripoux, mafieux, tueur en série, scène de boucherie (!), vengeance, cliente magnifique forcément source d’ennuis, énorme récompense qui renflouerait enfin des caisses éternellement vides, coups bas et soucis familiaux, il se fraie un chemin chaotique vers la vérité.

Sans jamais faire de compromis, il enquête dans les recoins les plus sombres d’une société irlandaise pourrie jusqu’à l’os en lançant des répliques pleines d’ironie et de provocation qu’on imagine dites avec un petit sourire en coin (de ceux qui tiennent à distance ou qui appellent les claques…).

Tout le monde en prend pour son grade !

JUBILATOIRE ET RYTHMÉ. UN RÉGAL DU GENRE !

Hugues

 

25 août 2016

Station Eleven, Emily ST. JOHN MANDEL

st john mandel.jpg

22€, Rivages

Une petite catastrophe tue un grand nombre de gens. Quelques années plus tard, dans un monde désertifié où la nature reprend sa place peu à peu (pensez à Tchernobyl), une troupe de théâtre itinérante joue du Shakespeare aux survivants et aux suivants. Des personnages qui ont un passé et du corps, une belle histoire avec du suspens, de la poésie et de la profondeur. On est bien servis avec ce très bon roman !

Romain

24 août 2016

Lucie PIERRAT-PAJOT, Les mystères de Larispem (tome 1 : Le sang n’oublie jamais)

mystères de larispem.gif

16€

OYEZ, OYEZ !

Dans ce livre :

  • Paris n’est plus Paris mais Larispem (son nom en argot des bouchers) et la Tour Eiffel n’y est pas encore construite ;
  • vous apprendrez l’argot des bouchers donc ! Celui qu’on parlait déjà en 1899 et qui perdure ;
  • vous vivrez en 1899, dans une société où les bouchers forment l’élite ;
  • les Communards l’ont emporté et ont fondé une cité-état et égalitaire dirigée par une femme !
  • vous verrez comment Liberté et Egalité peuvent s’opposer ;
  • un écrivain, Jules Verne est le guide spirituel de tout un peuple (c’est vraiment une fiction donc !), ou presque…

 

Mais surtout vous y suivrez les aventures de trois jeunes personnages entre magie et cambriolages, entre complots des aristocrates chassés du pouvoir et amitié, entre automates et sociétés secrètes…

ALORS N’HESITEZ PAS !

Génial à sang pour sang…

Hugues