Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 juillet 2012

L'art du jeu, Chad HARBACH

harbach.jpg

22,50 €, JC Lattès

La jeunesse étudiante… Sous des dehors classiques et très américains, qui sont Henry, Mike, Pella ou Owen ? Que cachent-ils ? Un vrai roman fleuve où l'on suit avec beaucoup de plaisir, un brin de nostalgie et une touche d'émotion ces personnages taillées pour nous emmener loin loin loin ! Dans la veine des bon John Irving.

Romain

05 juin 2012

Dieu bénisse l'Amérique, Mark SAFRANKO

safranko.jpg

8 €, 13ème Note

 

C'est un roman qui raconte, de façon brute, l'enfance de l'auteur. Enfin en gros. Ca se passe dans les années 50, dans une petite ville ouvrière. Lui est immigré polonais, ses grands-parents sont arrivés et se sont installés. Bon, il suit les cours auprès des bonnes sœurs, est aux scouts, fait son éducation sexuelle, raconte les scènes de famille, les nombreux ratés, les colères du père, c'est pas piqué des vers. D'une noirceur absolue, d'une langue bien vivace et à mourir de rire. Un plaisir rare.

Romain

Le Diable, tout le temps, Donald Ray POLLOCK

pollock.jpg

22.30 €, Albin Michel

 

C'est la vie dans la campagne perdue des Etats-Unis. Une sorte d'envers de l'american way of life. Un roman d'une puissance rare, où les personnes un peu sensées perdent assez vite la boule. Très attachant malgré la noirceur sans fond de ces vies entremêlées, on est vite happé par le tourbillon. Sans doute un auteur exceptionnel.

Romain

05 mars 2011

Un Dieu mineur, Sergio TOPPI

toppi.gif

13 € - Mosquito

Des histoires fantastiques, sur l'homme et son destin, sa position dans le monde et sa puissance ou son impuissance d'ailleurs. Des nouvelles graphiques plutôt. Ca se passe sur la banquise ou bien dans les hautes montagne. Les histoires sont belles, mais le graphisme est carrément éblouissant.

0 0 1 sergio.toppi.indiani.america2.jpg

Un graphisme redoutable, noir et blanc, très détaillé, sans souci de la "case" mais bien davantage de l'esthétique de la planche. Le trait est d'une précision étonnante, presque ethnographique, évoquant les grands peintres voyageurs des expéditions du 18ème. Exceptionnellement je vous en montre un détail. On pense à Klimt, à Hugo Pratt, à Giraud aussi.

Romain

Timber Timbre, album éponyme

timber timbre.jpg

Un groupe dont j'ai d'abord pensé qu'il s'agissait de folk. En fait, pas seulement. Un peu la voix d'Elvis, mais qui aurait digéré Godspeed You !, ce qui donne un résultat franchement fracassant. Une sorte d'ambiance presque sépulcrale : on se dit qu'ils ont dû en passer des nuits à ne pas dormir dans les forêts glacées du grand nord canadien.

Donc entre folk, blues et post-rock pour ceux à qui ça parle. Pour les autres j'ai encore mieux : vous pouvez même écouter...

http://www.youtube.com/watch?v=ae9uhBKRfdE&feature=re...

Romain

03 mars 2011

Let England shake, PJ HARVEY

pj harvey.jpg

Sans connaître plus que ça le parcours de cette artiste, je m'avance à dire que c'est un bon disque. Je trouve la voix assez charmante sur des registres plutôt variés, de la balade pop au rock un peu plus dur, bien que l'ensemble des titres soit bien mélodieux.

Je m'attendais à un style nettement plus énervé, j'ai été surpris parce que cet album est très abordable (très accessible) et bien agréable à écouter. Multiple et harmonieux.

Romain

23 février 2011

La vie très privée de Mr Sim, Jonathan COE

coe.jpg

 

Gallimard - 22 €

Mr Sim est un homme assez ordinaire somme toute, dont la vie n'est pas vraiment facile. Sa femme est récemment partie, emmenant sa fille avec elle : il a logiquement sombré dans la dépression. Au fil du livre, amusés, nous découvrons que la vie de cet homme était déjà compliquée bien avant cette séparation et qu'elle n'est vraiment pas plus simple depuis.

Une somme de rencontres et d'aventures rocambolesques, de situations drôles et pénibles pour notre anti-héros. C'est très anglais, très "stiff upper lip" comme on l'apprenait à l'école, mais bien décalé par moment bien sûr. Un bon moment en perspective !

Romain

19 février 2011

La blessure la vraie, François BEGAUDEAU

begaudeau.gif

19 € - Editions Verticales

 

L'histoire d'une bande de jeunes ados au coeur des années 80, sur la plage, en été, qui cherchent l'amour, le vrai, le physique. Les stratégies se montent sur fond de bal de 14 juillet, au bar du coin devant le baby ou bien sur le chemin de la plage.

Une écriture vive, colorée et assez sympathique qui rend bien cette atmosphère à la fois grave, fière, étudiée et vaine de ces périodes de chasse intense. Ca rappelle quelques bdéistes américains. C'est fun, c'est ridicule, c'est très vrai, c'est pas nostalgique (et ça c'est important), c'est parfois pitoyable et puis c'est les vacances. Un bon coup.

Romain

11 février 2011

N'avez vous pas froid, Hélène BESSETTE

bessette.jpg

17 € - Léo Scheer

Les éditions Léo Scheer rééditent actuellement dans leur collection Laureli l'oeuvre de Hélène BESSETTE, une auteur française du XXème siècle. Je viens de lire son roman N'avez vous pas froid, et, n'ayons pas peur des mots, c'est exceptionnel. Ce sont les lettres d'un mari à sa femme. Ils ne sont plus en bons termes. Uniquement ses lettres à lui. Il semble à la fois blasé, exaspéré, hésitant, aimant, haineux.

Sa maitrise de l'écriture est fascinante, presque violente. Le style surprend, s'accorde au contenu, s'adresse au ventre. C'est une oeuvre majeure.

Romain

29 janvier 2011

High Violet, The National

the national.jpg

Allons-y pour la première chronique musique ! Soyez tolérants, plus j'en ferai, meilleures elles seront... Donc donc donc... The National ! Je découvre. C'est très très bon. Déjà la première écoute retient bien l'attention. Et puis on se dit : est-ce simplement facile ? Parce que tout de suite les mélodies coulent. Alors on écoute de nouveau et là c'est la voix qui nous prend, basse, profonde, prenante, légèrement voilée. Des cuivres, du violon du piano. Et puis on est bien dedans, c'est presque comme si on connaissait déjà, mais c'est mieux, vu qu'on connaît pas.

Si on m'avait demandé j'aurais penché pour un groupe anglais : ils sont américains. J'aurais dit pop, mais en fait, c'est peut-être bien du rock. Un disque paradoxalement assez chaud, que je rapprocherais par certains côtés de ce que peut nous proposer Tindersticks. Pour finir j'ajouterai : du brouillard et du crépuscule. Allez savoir.

Vous pouvez écouter un peu là http://www.youtube.com/watch?v=yfySK7CLEEg, mais achetez le disque : ils le valent bien.

Romain