Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 juin 2016

Rencontre à la librairie avec Catherine POULAIN

Bonjour à toutes et tous,

Jeudi 7 juillet à 18h nous avons la joie d'accueillir à la librairie Catherine POULAIN, auteur à l'Olivier de Le grand marin.

catherine.jpg

C'est un livre qui raconte l'histoire d'une femme vivant dans le sud de la France et partie sur un chalutier en Alaska pour pêcher la morue. Entre récit et roman, un très beau texte sur la mer, les hommes, le travail, la place qu'on se fait... Poétique et déterminé, humble et sobre.

poulain.jpg

Nous aurons un échange autour du livre et nous terminerons comme d'habitude autour d'un buffet (vous apportez à manger et nous, à boire) !

Pour des raisons pratiques, si vous avez la chance d'avoir chez vous un tabouret facilement transportable, ne vous gênez pas pour l'apporter !

A bientôt.

Les Danaïdes

10 juin 2016

La dernière nuit à Tremore Beach, Mikel SANTIAGO

santiago.jpg

22.50 € - Actes Sud

Très efficace, ce roman noir dépeint l'installation d'un artiste dans une villa au bord de la plage. Un endroit idyllique. Mais, comme l'on dit à juste titre : les apparences sont trompeuses. Ca tient bien éveillé !

Romain

23 avril 2016

Le nuage d'obsidienne, Eric MCCORMACK

mccormack.jpg

24€, Bourgois

GRAND ROMAN, GRAND MOMENT !

Comme vous n'avez pas le livre sous les yeux, je vous mets là le 4ème de couverture trouvé sur le site de Bourgois.

« C'est à La Verdad que j'ai croisé ce livre. [...] Le bouquin dégageait une odeur de moisi. La dorure des caractères imprimés sur le dos s'était estompée, si bien que même de près je n'ai pu lire qu'une partie du titre : Le Nuage d'...dienne. La couverture était en cuir marron et les pages de si grande taille, d'un papier si épais, qu'elles étaient difficiles à séparer les unes des autres. Elles n'étaient pas nombreuses, une centaine peut-être, mouchetées de moisissures et d'humidité. Mais en insistant, j'ai réussi à l'ouvrir à la page de titre. [...] Duncairn ! Revoir ce nom ici, dans un autre hémisphère, c'était tellement inattendu que j'en ai eu le souffle coupé. Duncairn, petite localité des Uplands, en Ecosse, ou j'avais séjourné durant une courte période, jeune homme. Ce qui m'était arrivé là-bas avait modifié tout le cours de mon existence.
C'était un événement que je n'avais jamais été en mesure d'oublier. Ou de comprendre. »

Voilà.

C'est le point de départ d'un roman fabuleux, total. Du vrai roman, du grand comme dans les livres d'enfant, ça emporte. Du mystère, des voyages, de la réflexion sur le monde et les gens, de l'amour, de l'amitié. Agréable, formidable à lire. A ne rater sous aucun prétexte

Romain

19 avril 2016

Fausse piste, James CRUMLEY

crumley fausse piste.jpg

Gallmeister - 23,50€

Une nouvelle traduction de James Crumley, ça ne se refuse pas. Gallmeister qui effectue un gros travail de remise en valeur du roman noir américain sort donc Fausse piste, illustré très à propos par Chabouté, un des grands dessinateurs de noir et blanc (Tout seul, Moby Dick), ambiance ambiance... Dans cette enquête c'est Milo Milodragovic, détective privé qui s'y colle. Ca boit beaucoup, c'est poisseux, il y a la jolie femme et le blues, rien ne manque à l'appel ! Et on récolte à tour de page foison de formules littéraires miraculeuses et joliment tournées. Un régal, on attend la suite avec impatience...

Romain

18 avril 2016

Les soldats de l'Everest, Wade Davis

davis.jpg

Les Belles Lettres - 26,50€

En 1950, au lendemain de la seconde guerre mondiale les Français arrivent au sommet de l'Annapurna, premier 8000 gravi par l'homme. Que n'a-t-on pas raconté au sujet de cette expédition ? Et bien Wade Davis dans un livre inspiré nous raconte une ascension qui eut lieu au lendemain de la première guerre mondiale. Soit 25 ans plus tôt ! Et signée par des Anglais. Celle de l'Everest, mythique, avec cette question toujours : ont-ils atteint leur but ? Ce n'est pas tant ce point (qui est traité d'ailleurs) que l'attention portée aux raisons qui ont amorcé cette expédition qui motive le récit. Pourquoi ? Comment ? Et pourquoi à cette époque ? Lorsque l'on demande à Mallory pourquoi il veut escalader l'Everest, il répond inlassablement "parce qu'il est là". On va beaucoup plus loin dans ce livre qui retrace dans quelle situation se trouve l'Empire Britannique à cette époque : il règne sur les Indes mais sa jeunesse vient d'être massacrée dans une boucherie sans précédent, il cherche des défis, des sources de gloire, envoie des explorateurs au pôle sud, et donc, en Himalaya... C'est passionnant !

Romain

05 février 2016

Meurtres à Willow Pond, Ned CRABB

crabb.jpg

24.30 € - Gallmeister

Séduisant et efficace, le roman de Ned Crabb nous plonge dans un petit paradis pour les amateurs de pêche ! Il se passe de vilaines choses dans un lodge au bord d'un grand lac… C'est drôle, très inspiré des romans d'Agatha Christie avec toute une galerie de personnages plus suspects les uns que les autres. C'est sûr, vous tenez le roman de votre nuit !

Romain

03 février 2016

Le grand marin, Catherine POULAIN

poulain.jpg

19€, éditions de l'Olivier

Le large, cette femme l’a pris à bord d’un chalutier pour aller pêcher la morue. En Alaska, elle qui vient du sud de la France. Dure au mal, elle raconte ce métier, la mer, le vent, les hommes, le froid, le poisson. Un rude apprentissage dans des conditions assez éprouvantes. Elle est fière et tenace, déroule un récit merveilleusement poétique malgré l’âpreté des journées. Rejailli de ce texte un dépouillement, une sincérité, une simplicité brute. On ressent une douceur aussi, au cœur de cette nature sauvage. Un peu de Kerouac, un peu de Conrad ou de Melville. C’est lumineux.

Romain

RENCONTRE AVEC L'AUTEUR LE JEUDI 7 JUILLET 2016 A LA LIBRAIRIE !

02 février 2016

L'affaire des vivants, Christian CHAVASSIEUX

chavassieux02.jpg

21€, éditions Phébus

Fin XIXème. Saga familiale. On pense bien-sûr à Balzac, Zola ou Maupassant. A Sylvie Germain aussi. On y pense juste. Parce que le temps a passé depuis et lentement infusé dans cette histoire. C’est donc gentiment moqueur, distancié. Le ton est juste, les personnages sont souvent sympathiques en dépit de leur caractère ou défauts. C’est autant une peinture sociale de ce petit monde industrieux que l’histoire d’une famille et ça se lit donc avec plaisir et fluidité. Un roman qui a du corps !

Romain

 

RENCONTRE AVEC L'AUTEUR JEUDI 3 MARS 2016 A LA LIBRAIRIE !

29 janvier 2016

Six fourmis blanches, Sandrine COLLETTE

collette poche.jpg

Le livre de poche - 7.30€

Mathias, homme des montagnes d’Albanie, fait partie des derniers « sorciers » de notre époque. Il choisi puis sacrifie des chèvres lors des événements de la vie pour détourner d’une famille le mauvais œil ou les malédictions. Sa vie se déroule en dehors de notre temps, débarrassé des contingences, au-dessus de notre monde… Ce qui n’est pas le cas de Lou qui arrive avec ce petit groupe de randonneurs français tombés par là un peu par hasard, gagnants d’on ne sait quelle loterie funeste. Partis pour une grande randonnée avec guide sur plusieurs jours, ils vont vite sortir de leur gentil quotidien. Avec l’arrivée de la neige le tableau s’assombrit, les peurs irraisonnées naissent et croissent. Et tandis que le groupe sort des chemins tout tracés et s’élève vers les sommets froids et neigeux, Mathias se fait inexorablement rattraper par ce monde auquel il aimait tant échapper. Entre les étendues libres des romans de Craig Johnson et la mécanique des Dix petits nègres, Sandrine Collette ouvre sa palette et nous peint la beauté de la montagne mais aussi, au travers des efforts des personnages pour garantir leur survie, l’inadaptation de l’homme à ce milieu sauvage parfois bien hostile : effrayant. 

Romain

07 décembre 2015

Peindre, pêcher et laisser mourir, Peter HELLER

heller02.jpg

23€ - Actes Sud

Roman bien bâti, alternant scènes contemplatives et moments plus musclés. L’ensemble est très agréable à lire, mêle réflexions sur le monde de l’art, sur la pêche, sur la façon de mener une vie, d’aimer. On passe un bon moment dans un livre qui n’est pas sans rappeler les bons romans de Jim Harrison : entre roman noir et littérature des grands espaces.

Romain