Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mars 2017

Personne, Gwenaëlle Aubry

 

 

couvpersonne.jpg

collection folio 6,60€

A la mort de son père, la narratrice retrouve une chemise remplies de pages noircies par l'écriture de son père et intitulé: Un Mouton noir, à romancer. Elle décide alors d'en faire un livre, sur lui. Construit comme un abécédaire, chaque lettre est l'occasion d'évoquer un souvenir, un rôle, une figure, avec ce père si singulier.

En creux une profonde réflexion sur ces êtres communément appelés les fous, mais qui nous emmènent aussi parfois vers des contrées de liberté et d'humanité.

Un livre bouleversant.

Marion

11 mars 2017

Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel, Editions de minuit

article353.jpg

 Grand Format 14,50 €

 On est dans le bureau du juge avec eux et on écoute la confession de cet anti-héros qu'est Martial Kermeur. Pourquoi, comment en est-il arrivé à balancer à la mer Antoine Lazenec, ce promoteur immobilier aux mille promesses?

Plus il avance dans son histoire, plus on en arrive à comprendre son geste. Mais c'est un crime, et la justice doit faire son oeuvre...

Un beau roman humaniste, qui redonne confiance en la justice, et donc en l'homme, puisque ne l'oublions pas, c'est bien lui qui l'ordonne.

Marion

15 février 2017

Du théâtre à la librairie !

Jeudi 2 mars, séance à 19h, nous avons le plaisir d'accueillir l'acteur André LE HIR. Il viendra interpréter Alphonse, une histoire d'amour de Marie-Hélène LAFON.

lafon.jpg

Superbe adaptation d'un texte fort (et beau) de Marie-Hélène LAFON, auteur que nous mettons en avant à la librairie depuis plusieurs années déjà !

André LE HIR a joué la pièce à Grenoble où nous avons pu le rencontrer et, croyez-nous, le spectacle est très bon.

2016-02-12--11-42-50.jpeg(c) Brigitte Designolle

Exceptionnellement, nous vous demanderons de réserver auprès de nous (nous ne pourrons pas accueillir tout le monde dans des conditions correctes) et il y a une participation de 8€ à payer.

A bientôt !

Les Danaïdes

02 février 2017

Les gens dans l'enveloppe Isabelle Monnin

gensdansenveloppe.jpg

le livre de poche 8,90 €

 

Que peut-on percevoir des gens, de leur histoire, de leurs failles, au travers de leurs photos de famille? Que disent ces clichés à la fois si communs et si singuliers à chaque famille?

Après avoir imaginé la vie des gens dans l'enveloppe, l'auteur va partir à leur recherche, et peut-être même les rencontrer?

L'intuition littéraire a de beaux jours devant elle et le bonus musical d'Alex Beaupain prolonge grandement ce bonheur de lecture!

Marion

10 décembre 2016

Eric CHEVILLARD, L’Autofictif doyen de l’humanité

9791091504409FS.gif

Arbre Vengeur, 15€

DRÔLE D’HUMOUR

Ouvrez ce journal qu’Eric Chevillard tient tous les jours et rejoignez enfin le cercle de ses admirateurs (Pierre Jourde, Pivot, copine Sandrine, moi…).

Trois phrases (trois paragraphes tout au plus) distillées quotidiennement croquent (mordent ?) ses contemporains et lui-même.

Chaque mot semble trouver sa place exacte et ce, toujours avec humour, tantôt ironique, tantôt noir, absurde et même orthographique !

Vous ne regarderez plus les tractopelles de la même façon, ni le vélo ou les 5 ans d’un enfant.

Allez, un exemple :

"- Autant pour moi.

- Ah non, au temps pour moi."

Hugues

 

19 novembre 2016

Jean-Claude Lalumière, La Campagne de France

campagne de France.gif

Le Livre de Poche, 6,60€

L’ère de l’air du temps

Encore une charge très drôle de Jean-Claude Lalumière contre notre société amnésique qui surfe sur l’air du temps.

L’auteur décrit un voyage organisé transformé en fiasco par une bande de retraités qui n’en font qu’à leur tête et qui ont une sacrée vitalité.

Choc des générations, d’une culture élitiste et d’une plus populaire, de la France et de l’Allemagne.

La France est décrite comme « un autocar de vieux coincé au bord de la route »… Autocar qu’un des personnages a réussi à mettre dans un fossé !

Réjouissant !

Hugues

16 novembre 2016

Jean-Claude Lalumière, Comme un karatéka belge qui fait du cinéma

9782253182856FS.gif

Le Livre de Poche, 6,60€

Déterminisme quand tu nous tiens…

Encore un personnage de Jean-Claude Lalumière qui se demande comment il a pu en arriver là, à jouer ce rôle-là… Il a refusé son "héritage familial" mais son passé resurgit parce que "décider d'oublier, c'est se condamner au souvenir, à l'envahissement par celui-ci, jusqu'à l'obsession. De ce que nous voulons enfouir, nous bâtissons un promontoire sur lequel nous nous installons pour regarder ailleurs, fixer un point de fuite au-delà de l'horizon, où demeure l'inconnu, alors que tout est là, sous nos pieds, à l'endroit même où plongent nos racines."

Une satire sur le monde de l'art à travers le regard amer d'un héros qui ne se sent pas légitime dans sa vie.

Sa rencontre avec le célèbre «karatéka belge qui fait du cinéma», aussi cocasse soit-elle, sera décisive…

Drôle et émouvant. Une réussite qui nous rappelle avec Cioran que "nous bricolons avec l'incurable".

Hugues

15 novembre 2016

Rencontre avec Jean-Claude LALUMIERE

Merci à vous d'avoir répondu présentEs pour accueillir Jean-Claude Lalumière, pour une soirée agréable et de bons fous rires à l'entendre lire quelques extraits choisis !

FullSizeRender04.jpg

IMG_5798.JPG

Évidemment, merci à Jean-Claude de s'être prêté à l'exercice une soirée !

La prochaine rencontre avec un auteur aura lieu jeudi 2 février avec Olivier Razemon, un journaliste qui a des choses à dire sur nos villes et leur vie !

A bientôt !

 

Les Danaïdes

11 novembre 2016

Clémentine BEAUVAIS, Les Petites reines

9782848657684FS.gif

Sarbacane Éditions, 15,50€

 

Vous rêvez d’écrire un livre drôle, TRÈS drôle, émouvant, TRÈS émouvant, vivifiant ?

Clémentine BEAUVAIS l’a fait !

Elue « Boudin de bronze » après avoir été deux ans de suite « Boudin d’or » de son collège, Mireille décide de revendiquer ce mot pour ne pas montrer sa peine. Elle suit un de ses conseils de sa rubrique « Trucs et astuces » de Tata Mireille : « Prends les insultes qu’on te jette et fabrique-toi des chapeaux avec. »

Ne rêvons pas, avec les deux autres lauréates, elle n’arrivera pas à rendre beau ce mot laid mais leurs mollets (les petites reines… il est question de vélo). Néanmoins, elles le rendront puissant.

RÉJOUISSANT !

Ne ratez pas non plus son nouveau roman Songe à la douceur

Hugues

25 octobre 2016

Jean-Claude Lalumière, Le Front russe

9782253160113FS.gif

LGF/Livre de Poche, 6,10€

UNE SATIRE DÉSOPILANTE et PATHÉTIQUE PLEINE D'IRONIE

« Toute vie est bien entendu un processus de démolition » lançait Fitzgerald au début de La Fêlure.

Voilà ce que peint J.C. Lalumière à travers les mésaventures de son héros qu'on pourrait lire comme les confessions de celui qui se demande : « Comment j'ai pu en arriver là ? ».

Plein de rêves, un novice débarque à Paris et dans le monde du travail et ira de gaffes en échecs.

Avec un grand sens du BURLESQUE et beaucoup humour, J.C. Lalumière raconte cette épopée désopilante et pathétique, donc, dans l'univers kafkaïen de l'Administration Française (l'enlèvement d'un pigeon mort sur une fenêtre, un discours à photocopier, un debrief de voyage, une simple réunion...).

En effet, il raconte l'arrivée de cet antihéros (le genre qui reçoit toujours un 11/20 « ce qui correspond à la note attribuée au candidat dont le jury pense qu'il pourra convenir s'il n'en vient pas de meilleur avant la fin des épreuves », « à la frontière de l'échec ») dans une annexe du Ministère des Affaires étrangères et ce, en décrivant les vagues de fond qui déterminent ses choix et ces « grains de sable » qui l'empêcheront de transformer sa vie en destin.

Ce récit plein de nostalgie (où les souvenirs apparaissent comme des bagages trop encombrants), très drôle et qui demande si « l'histoire d'une vie, c'est toujours l'histoire d'un échec » mesure l'écart entre les aspirations d'un doux rêveur (peuplées de voyages et de stabilité) et la réalité (telle cette vue dégagée sur les toits qui lui « évoque douloureusement la perspective prometteuse qui [lui] fut un temps ouverte »).

Hugues

Extrait p. 27 :

« L'hydre à deux têtes, l'une qui souriait [le père], l'autre qui pleurait [la mère], m'apparaissait soudain bien inoffensive. J'ignorais que la distance n'empêcherait en rien son ingérence. Le grain de sable était déjà dans le mécanisme que j'avais patiemment assemblé durant des années, depuis l'instant où la vie dont je rêvais avais pris forme dans mon imagination enfantine jusqu'au bouclage de ma valise la veille de mon départ. »

p. 60 : A propos du chef du bureau des pays en voie de création/section Europe de l'Est et Sibérie

« Le bateau n'était pas sans capitaine à bord, ce qui eût été plus facile, mais naviguait avec un capitaine qui mettait le cap sur les récifs tandis que l'équipage manœuvrait discrètement pour les éviter. »