Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 mai 2010

Le cuisinier, Martin SUTER

suter.jpg

Un employé de restaurant et une serveuse de ce même restaurant décident de tenter l'aventure à deux et se lancent dans la création d'une entreprise de restauration à domicile : Love food. Au fil des pages, l'arrière plan s'assombrit, les intrigues annexes se développent et nos deux personnages se découvrent mêlés à de sales affaires.

C'est réussi, agréable à lire, construit : un bon roman pour affronter les quelques jours qui nous séparent encore de l'été...

Romain

11 mai 2010

Indian Creek, Pete FROMM

fromm.jpg

Un homme est embauché tout l'hiver pour garder un étang servant à la reproduction des saumons. L'action se situe au fin fond d'une vallée, à la frontière entre Montana et Idaho. Et c'est magique ! Nous regardons tomber la neige, nous pistons les cerfs, nous nous enfonçons dans les lourdes traces de l'auteur lors de randonnées à raquettes...

Une lecture très agréable, détaillée, amusée, vivifiante !

Romain

05 mai 2010

Orages ordinaires, William BOYD

boyd2.jpg

Un jeune homme arrive à Londres et se voit très vite accusé d'un crime dont-il n'est pas coupable... Intrigue somme toute assez banale. Mais l'auteur arrive à en faire un roman remarquable. On suit cet homme et sa chute, perdu dans les bas-fonds de la société londonienne, échappant aux uns pour tomber dans les filets des autres, fréquentant les pires endroits, côtoyant des personnages hauts en couleur, on vit avec lui, on frémit ou on souffle et on en redemande.

Intelligent, prenant, d'une écriture précise, on se laisse très vite prendre par cette dégringolade qui semble sans fin. Ironie douce ou critique plus franche du monde comme il va, ce roman est sans doute aussi très politique.

Romain

17 février 2010

Edson, Bill MORRISSEY

morrissey.jpg

L'auteur est un américain du New Hampshire. Il raconte l'histoire d'un ex-chanteur/guitariste, revenu de tout et pour tout dire un peu perdu. Il vit à Edson, une petite ville, chasse, pêche, joue au snooker et apprécie les soirées enfumées. Heureusement pour lui peut-être, il est bien entouré.

Atmosphère détendue, le roman est aussi une ballade, calme, doux, il nous apaise et nous emporte.

Romain

15 janvier 2010

I love dollars, Zhu Wen

zhu.jpg

Nouvelles très vivantes, percutantes, sur la Chine d'aujourd'hui. Il y est question d'un personnage qui a bien du mal à faire la part des choses, qui se laisse faire, qui se plie en quatre, qui ne comprend pas la fin de l'histoire, qui se trouve être au milieu de cataclysmes auxquels il ne veut pas prendre part... Il nous renvoie souvent à nos propres incohérences, à nos comportements parfois maladroits. Les rapports sociaux dans ces nouvelles semblent toujours sujets à caution : est-ce à prendre à la lettre ? est-ce que c'est une farce ? En tous les cas ce sont des interrogations renouvelées sans cesse...

Une plume étourdissante, sarcastique, détaillée à en être grouillante, et bien aiguisée : ça taille sec !

Romain

09 décembre 2009

Bambou, William BOYD

boyd.jpg

Il s'agit d'une compilation d'écrits parus précedemment dans la presse ou autres supports. C'est très fin, intelligent, l'auteur prend beaucoup de recul sur son sujet, s'exprime avec pertinence. Il évoque la guerre, les peintres et artistes, la litterature, le cinéma, la politique et ses personnages... S'il paraît de temps en temps presque doctoral, insaisissable, ce n'est pas du tout le cas lorsqu'il nous parle de son expérience personnelle, de ses projets, de ses découvertes.

Complice mais toujours tendre, il donne envie, il questionne, donne son avis et il est difficile de ne pas trouver son compte dans ce livre à entrées multiples.

Romain

13 novembre 2009

Ne plus jamais dormir, Willem Frederick HERMANS

hermans.jpg

Un homme se lance dans le grand nord de la Norvège, au Finmark, pour les besoins de sa thèse en géologie. Il s'y rend avec quelques étudiants du crû. Là-bas les choses ne sont pas simples, ils vivent dans un enfer humide, peuplé de moustiques, désert, où le soleil ne se couche jamais. Bref, de quoi ne plus jamais dormir en effet. C'est là que notre homme est rattrapé par le doute, il s'interroge sur tout, use de sa rigueur scientifique en vain, tourne, se perd.

D'une écriture précise, dénuée de tout jugement, belle dans sa simplicité imagée, Hermans nous propose un voyage au coeur des questions premières, sombre, dense et précieux.

Romain

09 octobre 2009

Vers l'aube, Dominic COOPER

cooper.jpg

J'ai eu du mal à résister à l'appel de la couverture... Bien m'en a pris. C'est une histoire qui se passe en Ecosse, entre les îles et le continent, entre mer et montagne, grands lacs sombres et prairies herbeuses. Un homme dont la fille vient de se marier décide de fuir son foyer et se lance dans une longue errance dans de splendides paysages.

Au coeur de l'histoire, la question de la liberté, celle que l'on aliène lorsque l'on choisi de vivre en société. Un très beau texte.

Romain

04 septembre 2009

La clé de l'abîme, José Carlos SOMOZA

somoza.jpg

Et si la Bible avait été un autre livre ? Nous sommes dans le futur et les hommes ont oublié. Ils ont trouvé un autre texte pour remplacer le livre. Et pas n'importe lequel... Le monde est toujours divisé entre croyants et non-croyants, mais c'est un monde plus sombre encore que le nôtre, inquiétant aussi, mais pas de la même façon. Comme si les rêves pouvaient s'incarner. Jungle perfide, technologie oubliée et civilisations perdues sont au coeur de ce roman qu'on pourrait rapprocher par certains côtés des aventures de Bob Morane.

Quête des origines, recherche de Dieu, les personnages sont tendus, mûs par une motivation puissante, ils n'économisent pas leurs moyens pour atteindre leurs objectifs. Ca déménage !

Romain

25 août 2009

L.A. Story, James Frey

frey.jpg

Los Angeles. 27 millions d'habitants, 25 millions de voitures, 1500 organisations criminelles, des millions de km de bitume chauffés à blanc... Beaucoup de chiffres étonnants dans cet opus de James FREY. Une oeuvre foisonnante, aux milles visages, milles facettes. Certaines sont plus étudiées, plus approfondies, d'autre non, juste ébauchées.

L'accumulation donne le vertige, l'éparpillement donne la mesure et fait surgir l'homogénéité de cette aberration, la ville sans limite, presque inhumaine. C'est franc, direct et ça me plaît.

Romain