Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 août 2016

Rosa Montero, Le Poids du cœur

poids du coeur.jpg

22€

UN REGARD SOMBRE ET POURTANT OPTIMISTE SUR LE MONDE

 Pourquoi Bruna Husky porte-t-elle un regard aussi hostile sur le monde ?

Comme le titre l’indique, elle a le cœur lourd. Réplicante de combat (comme dans Blade Runner), elle est angoissée par son obsolescence programmée. Il lui reste à vivre 3 ans, 10 mois et 21 jours au début de cette histoire.

Son cœur s’allègera au fil de son enquête… de son humanisation.

Avant tout formidable roman d’action, ce polar (Bruna est un robot détective) d’anticipation (elle vit en 2109) et philosophique questionne notre époque en dépeignant un monde qui pourrait être un prolongement possible du nôtre. Les questions que soulève l’intrigue entrent en résonance avec celles que nous nous posons actuellement : réflexion sur la mémoire humaine individuelle et collective comme reconstruction artificielle, ainsi que sa manipulation, le fanatisme religieux, la gestion des déchets nucléaires, la ségrégation sociale assumée ou plus hypocrite, la xénophobie, la citoyenneté attendue et la réelle, l’identité, le rapport au corps, le tranhumanisme, le rôle de l’art (notamment face à la mort) et la nature de la création.

PASSIONNANT et STIMULANT, ce livre nous rappelle que « le barbare, c’est celui qui croit à la barbarie » (Claude Levy-Strauss)

Hugues

12 août 2016

Louis Sachar, Chemins toxiques, Gallimard Jeunesse

sachar chemins toxiques.gif

12€

UN NOUVEAU ROMAN de LOUIS SACHAR (Rappelez-vous ! Celui qui a écrit le GENIAL « Le Passage » !) Un thriller cette fois…

L’histoire se passe dans la très renommée école de Woodridge. Tamaya ne comprend pourquoi il est impossible d’y être populaire quand on est gentil et respectueux et Marshall, lui, rêve de ne plus être aussi impopulaire. Quant à Chad, la brute de l’école, il ne rêve plus…

Vous apprendrez ce qu’est un choix de Hobson en découvrant celui qu’a dû faire Tamaya quand elle a suivi Marshall en désobéissant par obéissance… en évitant un danger pour en affronter un autre, terrible.

Le PLAISIR et le SUSPENSE CONTAMINENT LE LECTEUR tout au long de ces CHEMINS TOXIQUES.

Hugues

Colum McCann, Treize façons de voir, Belfond

colum mc Cann 13.jpg

20,50€

Comme dans un précédent roman, « Et que le vaste monde poursuive sa course folle… », Colum McCann cherche encore à rendre le monde intelligible tout en révélant au final son imprévisibilité.

A travers cinq histoires (un court roman et quatre nouvelles), il tente ici, en virtuose qu’il est, de mettre un peu d’ordre dans le chaos du monde.

Chaque histoire explore une facette de la violence ; celle qui peut surgir n’importe quand dans une vie, celle qu’un écrivain programme à dessein dans sa fiction pour susciter l’intérêt du lecteur, celle d’un fils que, seule, sa mère peut comprendre, la nietzschéenne que tout le monde cite à l’excès dont on peut se relever, celle dont on ne se relève pas et surtout celle qui fait frissonner cette femme, à la dernière ligne du livre, d’un frisson qui fait l’humanité, d’un frisson « humain, trop humain », d’une émotion plus durable que la violence. Un contre-feu.

Un livre qui continue de creuser son sillon longtemps après l’avoir refermé.

Hugues

07 juin 2016

A l'orée du verger, Tracy CHEVALIER, La Table Ronde

à l'orée du verger.gif

Grand format à 22,50 €

Tracy Chevalier est une auteur dont il ne faut pas perdre une miette. Elle nous régale à chaque roman.

Ici encore avec la vie rude des colons d'Amérique qui s'installent parfois sur des terres inhospitalières. C'est le cas de la famille Goodenough qui peine à cultiver ses pommiers dans une zone marécageuse. Tout cela use et la famille est bientôt marquée par des drames.

La vie, l'espoir sera-t-il plus fort que tout ?

Bénédicte

23 avril 2016

Le nuage d'obsidienne, Eric MCCORMACK

mccormack.jpg

24€, Bourgois

GRAND ROMAN, GRAND MOMENT !

Comme vous n'avez pas le livre sous les yeux, je vous mets là le 4ème de couverture trouvé sur le site de Bourgois.

« C'est à La Verdad que j'ai croisé ce livre. [...] Le bouquin dégageait une odeur de moisi. La dorure des caractères imprimés sur le dos s'était estompée, si bien que même de près je n'ai pu lire qu'une partie du titre : Le Nuage d'...dienne. La couverture était en cuir marron et les pages de si grande taille, d'un papier si épais, qu'elles étaient difficiles à séparer les unes des autres. Elles n'étaient pas nombreuses, une centaine peut-être, mouchetées de moisissures et d'humidité. Mais en insistant, j'ai réussi à l'ouvrir à la page de titre. [...] Duncairn ! Revoir ce nom ici, dans un autre hémisphère, c'était tellement inattendu que j'en ai eu le souffle coupé. Duncairn, petite localité des Uplands, en Ecosse, ou j'avais séjourné durant une courte période, jeune homme. Ce qui m'était arrivé là-bas avait modifié tout le cours de mon existence.
C'était un événement que je n'avais jamais été en mesure d'oublier. Ou de comprendre. »

Voilà.

C'est le point de départ d'un roman fabuleux, total. Du vrai roman, du grand comme dans les livres d'enfant, ça emporte. Du mystère, des voyages, de la réflexion sur le monde et les gens, de l'amour, de l'amitié. Agréable, formidable à lire. A ne rater sous aucun prétexte

Romain

15 avril 2016

L'ours est un écrivain comme les autres, William KOTZWINKLE, 10/18

l'ours est un écrivain comme les autres.jpg

Format poche à 7,10 €

Drôle de livre

Pour éviter de reperdre un manuscrit, et ses rêves de gloire, dans un incendie, Arthur Bramhall le dissimule au pied d'un épicéa. Mais voilà, quand on n'a pas de chance... Un ours le lit, le trouve à son goût (..." de nombreuses scènes d'accouplement et plusieurs scènes de pêche [...] ce livre a tout..." p. 16) et l'emporte avec l'ambition de devenir un homme.

FABLE drôlissime où, grâce au point de vue d'un ours, l'auteur déploie une ironie féroce et joyeuse pour décrire les travers de notre société du paraitre qui fait d'un grizzli le nouveau Hemingway ravi de pouvoir trouver tout le miel qu'il veut dans les supermarchés.

LIVRE DRÔLE ET SURPRENANT

Hugues

07 décembre 2015

Peindre, pêcher et laisser mourir, Peter HELLER

heller02.jpg

23€ - Actes Sud

Roman bien bâti, alternant scènes contemplatives et moments plus musclés. L’ensemble est très agréable à lire, mêle réflexions sur le monde de l’art, sur la pêche, sur la façon de mener une vie, d’aimer. On passe un bon moment dans un livre qui n’est pas sans rappeler les bons romans de Jim Harrison : entre roman noir et littérature des grands espaces.

Romain

24 octobre 2015

L'intérêt de l'enfant, Ian MCEWAN

mcewan2.jpg

Gallimard - 18 €

Une femme juge, la soixantaine, est confrontée à un problème d’ordre moral auquel vient s’ajouter un problème d’ordre sentimental. L’intrigue est brillante et tout du long, le romancier joue avec nos espoirs et nos craintes. Toujours la même capacité d’interrogation, la mise au point est juste, précise, l’intelligence de la construction et la profondeur de la réflexion font honneur aux lecteurs et lectrices ! Que dire de plus ? C’est excellent.

Romain

21 octobre 2015

Le saloon des derniers mots doux, Larry MCMURTRY

mcmurtry2.JPG

Gallmeister - 22.20€

C’est une sorte de crépuscule du western auquel on assiste dans ce roman. Répliques savoureuses, prise de distance et douce moquerie. Les héros virils ne sont pas vraiment ce qu’ils se doivent d’être et les femmes, personnages souvent bien pâles dans ce type de littérature sont ici très en forme !

Romain

01 octobre 2015

Dans le grand cercle du monde, Joseph BOYDEN

boyden poche.jpg

8,30 € - Le livre de poche

En tentant de décrire ce que ce livre laisse, beaucoup d'adjectifs laudatifs viennent à l'esprit. Beau, violent, contrasté... Et tant d'autres. Fresque déchirante sur l'agonie des tribus indiennes du nouveau monde, l'auteur raconte ce peuple, leur univers, les paysages grandioses et leur épopée. Tournant de l'histoire, choc de civilisations. C'est un livre qui marque.

Romain