Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 janvier 2017

Le dernier baiser, James CRUMLEY

crumley.jpg

23.50€ - Gallmeister

 

C'est excellent (sens de la formule, sombre et beau, belle ambiance...), exceptionnel (on ne lit pas tous les ans des romans aussi bons)... Et c'est drôle en plus !

Gallmeister avec ce deuxième volume publié se lance dans la réédition des oeuvres de James Crumley. Soulignons le beau travail d'illustration (Chabouté pour le premier, Thierry Murat pour celui-ci). Soulignons aussi le merveilleux travail de traduction de Jacques Mailhos (sans blague, il faut comparer) ! On se délecte vraiment de la façon de raconter de James Crumley. Si vous avez juste l'occasion de lire les trois premiers paragraphes du livre...

Pour le 4ème de couverture, je vous laisse aller le découvrir ici.

Pour les grandes lignes : dans l'Amérique de l'après guerre, un détective privé plutôt blasé et sur le retour est embauché pour retrouver une éponge à whisky (une de plus...). Et ça ressemble à une lente poursuite en état d'ébriété. Notre ami détective (C.W. Sughrue de son nom) mène sa vie à grands coups de bière éventée (quand ce n'est pas autre chose) sur les routes américaines et au volant de son bon vieux pickup surgonflé. Là, ce sera une enquête avec une femme au bout et des escales ça et là dans de bons vieux bars miteux du fond de l'Ouest Américain.

Une ambiance inoubliable. Indéniablement, il fait partie des pépites du roman noir américain. Et si ce n'est pas précisément ce qu'il conviendrait d'appeler un "feel-good book", faut bien reconnaître que ça fait beaucoup de bien de lire des histoires racontées comme ça !

Romain

 

PS. Faut le lire hein ? Pour celles et ceux qui connaissent, c'est aussi bon que le Gang de la clef à molette.

Écrire un commentaire